logo
Association
Mines en Corbières


Non connecté

connect connect fige
Identité Détails Photos
Caune des Causses
Commune : Davejean Intérêt : 5/5
numéro : 34 icone Boucle randonnée :
7
Latitude (°)/UTM : 42xxxxx/Nxxxxx Longitude (°)/UTM : 2xxxxx/Exxxxx Parcelle(s) cadastrale(s) :
Type : Cavité Police : Maire Propriétaire :
Communes
Minéralisation principale : Fe
Dernière concession :
Caune des Causses et Monthaut
Période(s) d'activité :
Antiquité, Moyen-Age, XIXeme, XXeme

Caune des Causses

Accès

xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Etat

Dans la garrigue, fosse couverte énorme et spectaculaire de 40 m de long, 30 m de large et +40 m de profondeur. Accessible de plein pied par le Nord par en passage d'1,5m dans la roche. Entrée très large. Descente dans la cavité par un plan en pente. Nombreuses fougères à un endroit. Présence d'un ancien four (?) à l'entrée à gauche (construction circulaire).

Souhait dans le cadre des boucles de randonnées

Laisser le promeneur entrer dans la cavité par le plan incliné situé à droite. Aménager un chemin menant à l'entrée en coupant les arbres. Barrière de protection supérieure (chute) ? Barrière de protection à l'intérieur descendant le plan incliné pour donner accès au coeur de la cavité ou limiter au palier rocheux situé à 10 m de l'entrée ?
Impératif à retenir pour une boucle, forme exceptionnelle du gîte, four, scories, minerais en tas au fond de la cavité ("murs en pierre").

Minéralisations

Fer : Hématite (Fe2O3), Sidérite (FeCO3)

Description et Historique

Cette mine marque depuis bien longtemps la limite entre les communes de Palairac, Davejean, et Félines-Termenès. L'exploitation antérieure au XVI n'est pas connue. A partir du XVIII la mine est étroitement liée au traitement du minerai de fer par les forges de la région.

Cette mine sert pendant près d'un siècle, à partir du milieu du XVIIIème, à la vie de la forge d'Auriac et un peu à celle de Saint Pierre des Champs. De même Pailhoux de Cascastel et le Général Dagobert y firent-ils un peu de prélèvement en complément des mines de Balansac.
Dès le début du XIXème elle fut souvent abandonnée au profit de mines de Serremijane à Villerouge-Termenès ou encore Les Coupes sur Palairac.
Raymond Soulié, propriétaire de la forge d'Auriac, ayant conservé ses droits sur la mine de la Caune des Causses mais sans y travailler, se voit contraint cependant d'y revenir : Le Sieur Gary a obtenu la concession sur la totalité des sites de Serremijane et Les Coupes. En vain, il abandonne après moins d'un an en faisant acte d'abandon de la mine.
Après des travaux de recherches sur les gîtes, en 1843, les Sieurs Pla, Garrigue et Villerouge obtiennent la concession de la Caune des Causses et du Monthaut sur une surface importante à cheval sur les communes de Davejean, Palairac et Félines. Les travaux s'arrêtent toutefois après 8 ans.
Comme pour la concession de Balansac, le Sieur Philippart de la société des mines de Fillols, obtient en 1896 la réunion des ses concessions avec celles de la Caunes de Causses et du Monthaut.
Mais dès la construction du chemin de fer aérien en 1919, le Monthaut est exploité intensivement et la Caune des Causses abandonnée.
Les travaux récents d'Archéologie ont montré que le travail dans cette mine remontait à l'époque romaine.

Caune des Causses